seniorsptUne étude américaine démontre que les lecteurs vivent en moyenne deux années de plus que les personnes qui ne lisent pas du tout. Des chercheurs américains de l'université de Yale viennent d'établir une corrélation entre la lecture et l'espérance de vie, rapporte le New York Times

Les scientifiques ont divisé un échantillon de 3635 personnes de plus de 50 ans selon trois groupes : ceux qui ne lisent pas de livres, ceux qui lisent jusqu'à 3h30 par semaine, et ceux qui lisent plus de 3h30 par semaine. Par rapport à ceux qui ne lisent pas, les lecteurs occasionnels (moins de 3h30) ont ainsi 17% de risques en moins de mourir dans les douze années qui suivent. Et la même statistique s'élève à 23% pour les personnes lisant plus de 3h30 par semaine. En moyenne, les lecteurs de livres âgés de plus de 50 ans ont une espérance de vie moyenne de près de deux ans de plus que ceux qui ne lisent pas du tout, d'après l'étude publiée dans Social Science & Medecine

Becca R. Levy, professeur d'epidemiologie à Yale, explique au New York Times : "Même les gens ne déclarant qu'une petite demi-heure par jour de lecture ont un avantage significatif de survie par rapport aux non-lecteurs. Et cet avantage demeure même en ajustant les variables que sont la santé, l'éducation et les capacités cognitives." (Source Livre Hebdo)